EMDR

L’EMDR , c’est quoi ?

L’EMDR (Eye Movement Desensitisation and Reprocessing) c’est l’intégration neuro-émotionnelle par des stimulations sensorielles bilatérales oculaires, tactiles ou sonores. C’est la 1ère thérapie qui respecte les lois du cerveau.

Comment ça fonctionne ?

L’idée de base de l’EMDR est la suivante : lorsqu’un individu a vécu un événement traumatisant ( petit ou grand)  il peut avoir des cauchemars et des flashbacks liés à celui-ci car son esprit n’a pas réussi à traiter l’événement efficacement. Emporté par la situation, le cerveau n’a pas pu traiter correctement l’information. Ainsi, ces expériences qui n’ont pas été intégrées par l’esprit, ainsi que les images, les sons, les émotions et les pensées associés à celles-ci restent « à vif ». C’est pourquoi, des déclencheurs provoquent une réapparition des sensations de détresse et de panique, un débordement d’émotions. L’EMDR permet au cerveau de s’auto guérir. La thérapie a pour rôle de débloquer l’information traumatique pour que le cerveau parvienne à la « digérer » comme tout autre souvenir.

Le rôle de l’EMDR n’est pas de faire disparaitre ces souvenirs, mais plutôt d’aider l’esprit à les traiter et les intégrer. Ils deviennent alors plus faciles à gérer. Ils n’affectent plus autant le quotidien des individus.  Cette méthode permet ainsi de traiter et classer les souvenirs dans la mémoire explicite/narrative plutôt que dans la mémoire implicite/motrice. Les stimuli extérieurs permettent aux individus de se concentrer sur un ressenti précis tout en parlant de leurs mémoires traumatisantes, ce qui aide le cerveau à les intégrer. Cette thérapie cherche à aider l’individu à dissocier émotion et souvenir, en les faisant parler de l’expérience sans pour autant revivre le choc.

L’EMDR, contre quels troubles ?

L’EMDR est utilisée pour accompagner des troubles variés qui trouvent généralement leur origine dans le traumatisme, comme des expériences violentes directes ou indirectes, des accidents ou des désastres naturels. Elle peut aussi être utile face à des problématiques plus de long terme, comme des expériences choquantes, des humiliations ou le deuil. Ces événements peuvent avoir eu lieu aussi bien pendant l’enfance qu’à l’âge adulte.

Les bienfaits  ?

Ils sont rapides et variés :
* Une réduction des flashbacks et des cauchemars liés au traumatisme
*Une augmentation de la capacité à gérer les souvenirs liés au traumatisme, sans vivre dans la peur des déclencheurs
*Une amélioration de la capacité à établir des relations interpersonnelles et à profiter des situations sociales
* Une Diminution des sensations de stress, d’anxiété, d’énervement ou d’hypervigilance
* Une diminution des sentiments d’isolement, de désespoir et de dépression
* Une augmentation de la confiance et de l’estime de soi.